Nusa Lembongan

Une jolie parenthèse à côté de Bali

 

Notre voyage en Indonésie a débuté par Nusa Lembongan. Une petite île située au large du sud de Bali. On y arrive par bateau depuis Sanur ( ville de Bali ) en 30 minutes avec un speed boat qui vous dépose directement les pieds dans l’eau. Soyez donc munie de tongs, et d’un short afin de ne pas être trempé. Les transports pour nous amener à notre hôtel étaient très bien organisés. En peu de temps, nous voilà embarqués dans une sorte de camionnette pour la découverte de l’endroit où nous allions passer nos 5 premiers jours. Le trajet, si l’on peut dire, vous met directement dans l’ambiance, entre routes minuscules, crevassées et terrains qui en est carrément dépourvu, la première impression à de quoi surprendre si l’on est pas habitués aux voyages en Asie. Pour ma part, j’avais l’impression de revoir certains souvenirs de mes voyages en Thaïlande et cela m’a fait plaisir.

Après quelques minutes, nous voilà arrivé à Ombak Bay Lembongan. Un très joli hôtel doté d’une piscine à débordement qui offre une vue magnifique sur l’océan que l’on peut aussi apercevoir depuis son restaurant. Ses cinq bungalows donnent une ambiance très cosy et se trouvent être très jolis à l’intérieur comme à l’extérieur. J’ai adoré leur grand lit baldaquin disposé juste en face de la baie vitrée qui donne sur ce beau panorama. A toute heure du jour ou de la nuit, le son des vagues vous accompagnent et le sel de la mer, porté par le vent se ressent dans l’air. Nous avons mangé tous les soirs ici, ce qui nous a permis de découvrir la cuisine locale comme le fameux plat Nasi Goreng. Un plat fait de riz frit et de légumes ou de viandes. Le personnel de l’hôtel était très accueillant et chaleureux. Nous avons eu beaucoup de plaisir à passer notre séjour à cet endroit.

 

Bungalow Ombak Bay

 

 

Piscine Ombak Bay / Photo by Martin Ureta

 

Si nous avions choisi de venir ici, c’était surtout pour son bon emplacement concernant les sites de plongées. En effet, depuis Nusa Lembongan, de nombreuses compagnies de plongées vous proposent des sorties en mer et la plupart du temps, il s’agit d’aller au Manta Point. C’est la station de nettoyage des raies manta. Elles tournent autour d’un gros rocher situé à 5 mètres de profondeur dans l’attente d’être nettoyées, vous avez donc 95% de chance d’en apercevoir et ce, durant toute l’année. Surveillez bien la météo car parfois les conditions ne permettent pas les bateaux d’y amener les plongeurs à cause des courants et des vagues. Le mieux serait de les appeler un jour avant pour confirmer que la sortie à bien lieu . Certains centres de plongée demandent également d’avoir un niveau 1 pour y aller ( donc un baptême de plongée ne suffira pas ) et d’autres acceptent les débutants tout en les prévenants que le courant est plus fort afin que les futurs plongeurs ne soient pas étonnés comme cela fût le cas pour la compagnie que nous avions choisie qui se nommait French Kiss Divers.

Photo by Martin Ureta / Hôtel Ombak Bay

 

Il s’agissait d’un club francophone qui sont localisés également en Thaïlande et aux Philippines. Nous l’avions choisie car ils parlent français tout simplement, encore faut-il vraiment insister sur le fait que vous aimeriez quelqu’un qui parle votre langue car contrairement à ce que dit leur site internet qui garantie une équipe pédagogique 100% francophone, nous avions tout de même eu un instructeur qui ne parlait que l’anglais et ce, malgré notre demande supplémentaire par e-mail… Cela dit, il était très gentil, drôle et surtout, comptait plus de 2000 plongées à son actif donc très expérimenté mais il est vrai que les conditions souhaitées n’étaient pas tout à fait respectées. Après un problème également de compréhension, nous avons eu droit à un geste commercial de leur part de 10% que nous avons apprécié. Mis à part cela, si vous comprenez un peu l’anglais je vous conseille donc Fendly, qui a su me mettre en confiance et qui est très consciencieux, qualité requise quand l’on se trouve un peu stressé face à ce genre de plongée plus mouvementée. Pour ce qui est de la plongée en elle-même, comme toujours, les raies manta sont le spectacle qui fait toujours très plaisir à voir. C’est un nouveau monde qui s’offre à vous.

Photo de notre plongée / by Adam photography

 

Pour la seconde plongée il s’agissait de Crytal Bay et là, il s’agissait d’un véritable plaisir. Pleins de petits poissons s’y promènent et surtout, des tortues. J’ai été émerveillée de voir l’une d’elle se faire rejoindre par une seconde. La mer y est tranquille ce qui nous a permis d’avoir de très jolies photos d’une qualité remarquable de la part d’un photographe adlephotographer qui vous accompagne sans obligation d’achat. Il immortalise votre moment sous l’eau et vous propose un prix de groupe si toutefois, vous décidez, vous et les personnes qui vous ont accompagnés d’acheter les photos qui je trouve, en valent la peine. Vous pouvez le trouver sur instagram sous le nom de adlephoto.

 

 

 

Photo by Martin Ureta

De retour sur la terre ferme, un dîner vous ai offert avant que vous partiez. Donc une fois le ventre plein, nous nous sommes emparés de notre scooter, véhicule principal sur cette île, pour aller visiter les environs. L’avantage de ce deux roues est le fait qu’il vous offre une totale liberté sur ce que vous voulez faire ou voir. Nous avions pris nos précautions en Suisse pour faire le permis international qui coûte environs 30.- CHF et que nous n’avons pour finir jamais eu besoin de présenter. Là-bas, pas de casques ou de chaussures fermées pour circuler. Les gens sont parfois trois sur le même vélomoteur. Grâce à ce moyen de transport, nous avons découvert du bon et du moins bon…

Photo by Martin Ureta / couché du soleil à Ombak Bay

 

En effet, en roulant en direction de la forêt, loin du tourisme, nous nous sommes retrouvés face à une plaine complètement recouverte de déchets, à ne plus en voir le sol. Cette image nous a fendu le cœur et confirme bel et bien les conditions écologiques désastreuse du monde dans lequel nous vivons. Les habitants de Nusa Lembongan semblent eux aussi, ne pas savoir réellement comment s’y prendre pour les éliminer. Nous avions donc remarqué très souvent des feus allumés autour de leur maison dans l’espoir d’en faire disparaître ne serait-ce qu’un minimum mais comment voulez-vous brûler entièrement une boîte de conserve ? Il s’agira pour moi, de l’aspect négatif de cette île qui pourtant, a beaucoup d’autres côtés positifs.

Le point important à relever concernant ces îles d’Indonésie près de Bali est sans aucun doute la gentillesse des gens qui y habitent. Toujours très serviables et souriants. Nous n’avons jamais vu l’un d’entre eux être désagréable. Nous nous sommes également toujours sentis en sécurité. Aucun problème à sortir tard le soir, ce qui est très rassurant.

 

 

 

 

Photos drone / by Martin Ureta

 

 

A Nusa Lembongan, j’ai un regret, celui de ne pas être allée à Dream Beach, une plage fortement conseillée pour aller s’y baigner d’autant plus qu’elle était juste à côté de notre hôtel. J’ai apprécié les couchers de soleil particulièrement beaux avec cette brume humide propre à l’endroit qui s’étend légèrement par dessus les terres.

Ce que je trouve drôle, en quelque sorte, c’est la différence entre les îles. Nusa Penida aura une autre ambiance complètement différente, tout comme Nusa Ceningan qui pourtant n’est reliée à Nusa Lembongan que par un grand pont jaune. Chaque île apporte sa touche et son univers comme l’est aussi Bali que je vous invite à découvrir dans un autre article.

Sea you soon !

Christelle

Bali

L’île des dieux

 

Bali, c’est un peu comme un style de vie. Une nature dense et humide. De la nourriture composée de légumes et de fruits frais. Des habitants gentils, serviables et superstitieux. Des hôtels étonnants et relaxants. Des endroits au décor magnifique. J’en avais eu une idée en regardant le célèbre film « Mange, prie et aime » avec Julia Roberts. Cette île est réellement l’image que l’on s’en fait. Nous étions venu chercher le dépaysement et Bali nous l’a joliment offert sur une feuille de bananier !

« Le paradis, ce n’est pas pour tout de suite » peut-on penser lorsque l’on atterrit à l’aéroport de Dempasar, près de Kuta qui n’est pas franchement une ville très jolie. Il faudra rouler plusieurs kilomètre pour arriver aux endroits rêvés. Pour réaliser ce souhait, direction Ubud ! Une ville située au centre de Bali. Loin du trafic important qu’elle comporte, se trouve, comme dans des coins cachés, de magnifiques forêts tropicales et de somptueux hôtels au style paisible. J’y ai trouvé une ambiance très mystique. Un mélange de bien être, recueille et richesse culturelle. A côté de son centre ville, de petites rues débouchent sur des établissements magnifiques dont on pourrait passer juste à côté sans avoir la moindre idée de la beauté qui s’y trouve pas loin.

 

Photo by Martin Ureta

 

L’humidité à Ubud. C’était quelque chose. Cela rend de ce fait une végétation très fournie. Les arbres recouvrent des kilomètres de forêts et abritent quelques surprises qui font sourire…

Bienvenu donc à Monkey Forest ! Là où dès l’orée de la forêt, des singes vous attendent près du guichet d’entrée, de façon totalement libres. Habitués généralement à apercevoir des chiens ou des chats au bord des routes, l’étonnement fait sont arrivée lorsque l’on peut se rendre compte que ces animaux cohabitent très bien avec les humains, se baladant même sur les câbles qui relient les poteaux électriques le long des allées marchandes. Cela dit, quelques précautions sont à prendre afin d’éviter d’éventuels problèmes, surtout lorsqu’il y a des bébés. Ils restent des animaux sauvages et imprévisibles. Gare à vos affaires, leur réputation de petits voleurs n’est pas un mensonge. Evitez également les habits avec des accessoires tape à l’oeil si vous ne voulez pas prendre le risque de vous faire presque déshabiller par l’un d’entre eux comme ce fût le cas pour moi qui me suis retrouvée avec un singe en train de tirer sur les ficelles à perles de mon maillot de bain qui dépassait légèrement de mon haut. Moment mémorable comme je vous laisse l’imaginer…

Monkey Forest c’est aussi une forêt qu’on a l’impression d’avoir vu en image dans un livre d’enfant. Presque enchanteresse. Les rayons du soleil se fraient un chemin à travers cette densitée touffue et éclaire des arbres Immense avec un I majuscule. Des lianes pendent le long des troncs, des ponts en pierres passent par dessus des rivières qui s’écoulent entre deux. Bref, cela vaut vraiment le coup d’oeil. Nous avons immortalisé nos moments dans ces lieux qui abritent également des temples bien gardés par de grandes statuettes en forme de singes où ceux-ci aiment venir justement s’y poser. L’image est drôle à voir.

 

 

 

Monkey Forest / Photo by Martin Ureta

 

 

De belles forêts, on en aperçoit aussi directement depuis son lit à travers la baie vitrée de notre chambre qui offre une vue majestueuse sur une piscine à débordement qui s’écoule face à cette verdure magnifique. Je dois l’avouer que de tous mes voyages confondus, jamais je n’avais été dans des hôtels aussi incroyables. Le Payogan, ne ressemble même pas à un hôtel mais plutôt à un village entier ! Des chauffeurs vous conduisent à votre villa luxuriante et reviennent vous chercher si vous n’avez pas envie de marcher jusqu’à l’accueil, il suffit de les appeler avec le téléphone posé sur votre table de nuit. Nous avons eu une première chambre qui possédait un balcon digne d’un film et d’une coure intérieure dotée d’une piscine privée. Les pierres qui entourent ces villas ont l’air anciennes, et donnent cette impression d’avoir des milliers d’années ce qui donne un côté très antique, nous nous sommes même demandés si le site n’était pas un espace où se tenaient d’anciens temples alors qu’en réalité, elles ne sont là que depuis une dizaine d’année environs et n’ont cette apparence que grâce à l’humidité qui règne à Ubud. Cela apporte un très beau charme à cet hôtel où même des rizières viennent s’y écouler.

 

Hôtel Payogan / photo by Martin Ureta

 

Je ne peux décrire cet endroit sans m’arrêter sur sa salle de bain. Comment l’expliquer ? Nous aurions dit que cette architecture serait comparable à ce que l’on pourrait voir dans un spa haut de gamme et pourtant il s’agissait bien de notre salle de bain privée. La baignoire, ou plutôt, cette sculpture en forme de baignoire, à été la pièce que j’ai préféré dans cette suite. Située sous une lumière qui illumine timidement ces fameuses pierres qui l’entoure, ce bain fût le plus incroyable que j’ai fais dans ma vie ! J’avais le sentiment d’appartenir à un autre temps. Il faut dire que le Payogan est un 5 étoiles, il garantit un service de qualités et des villas somptueuses cela dit, je vous conseille fortement de vous y prendre à l’avance par mail pour vous réserver une séance spa si toutefois cela était dans votre programme car celui-ci est très prisé. Il peut être facilement overbooké surtout pendant la période d’août. Nous avions choisi un massage typique pour décontracter les muscles et dénouer les tensions qui s’est très bien déroulé. Les masseuses sont courtoises et professionnelles. Elles vous proposent une grande liste de soins différents dans un joli cadre.

 

 

Hôtel Payogan / Photo by Martin Ureta

 

 

 

En ce qui concerne le déjeuner, il est toujours le même mais reste variés. La nourriture est bonne. Les repas se prennent près d’une grande piscine public et de fontaines . Le soir, un musicien vous joue un air ou des danseuses viennent vous présenter une danse typique de l’indonésie. Je recommande le Payogan si vous voulez vivre quelque chose en grand. Nous avons finit par avoir une seconde chambre, encore plus spacieuse et cette fois-ci avec la piscine privée et la forêt en face de notre lit. Splendide, à en garder la bouche ouverte. Nous avons beaucoup plaisanté sur la grandeur démesurée de celle-ci. Je la trouvais encore mieux que la précédente. En résumé, cet hôtel est très spacieux, calme, éloigné du centre ville, entouré de nature. Les villas ne sont pas les unes sur les autres, chacun à son propre espace. Les piscines privées sont vraiment le point fort et font toute la différence. Je ne m’attendais pas à ce que notre second hôtel me plaise encore plus.

 

Jardin hôtel Payogan / photo by Martin Ureta

 

Le Tejaprana est plus petit, plus cosy mais très charmant. Encore une fois, l’architecture est magnifique et différente mais toujours avec ce côté « bien-être» entouré par la nature. On s’y sent vraiment comme chez sois. Je m’y suis vite attaché. Notre piscine était plus petite mais très jolie avec une baignoire en pierre juste à côté. Oui je sais, j’ai vraiment un faible pour les baignoires…

Hôtel Tejaprana / photo by Martin ureta

 

Des étangs remplis de poissons figurent un peu partout et le restaurant sur deux étages offre une vue imprenable sur la jungle juste en face. J’ai adoré le petit déjeuner compris dans le prix qui se choisit à la carte comme au restaurant. Le petit plus, que je n’avais jamais vu autre part, était la petite histoire avant de dormir que l’on vous dépose sur le lit comme un parchemin. Mon côté enfant est ressorti et je me suis surprise à être impatiente de découvrir un nouveau conte chaque soir comme une petite fille.

 Dès votre arrivé on vous offre d’office 15 minutes de massage gratuits qui se réalisent uniquement sur le haut des épaules par mouvements de pressions avec les doigts que malheureusement je n’ai pas bien supporté. Je ne saurais dire exactement le pourquoi. Si vous êtes très sensible au niveau des épaules où ne supportez pas très bien les massages par pression, je vous déconseille celui-ci car il s’avère qu’il est très diffèrent de ce que l’on a l’habitude de voir. J’imagine qu’il doit être délassant sur sa fin malgré les douleurs, mais pour ma part, je n’en suis pas venu à bout suite à une chute de pression…oui c’est un peu la honte , il faut se l’avouer.

 

Hôtel Tejaprana / photo by Martin Ureta

 

Le plus de ces deux hôtels est sans aucun doute le système de navette mis en place gratuitement pour vous amener au centre ville de Ubud. J’ai beaucoup aimé cette ambiance des allées pleines de restaurants, de petits magasin et de marchés qui me rappel encore une fois la Thaïlande. C’est vrai que l’affluence du tourisme est importante et le trafic aussi mais étonnamment cela ne m’a pas dérangé plus que ça. Peut-être parce que nous ne sommes resté à Ubud que 5 jours dont 1 jour où nous avons visité les cascades environnantes.

 

 

Cascades de Sekumpul

 

Photos by Martin Ureta

 

Des cascades, des vraies ! On en a un large choix à Bali. Après quelques hésitations et plusieurs conseils des Balinais, nous avons jeté notre dévolu sur celles de Sekumpul. Elle se situe à environs 2h de Ubud en voiture mais vaut largement le déplacement d’autant plus que les paysages pour y arriver sont très beaux à voir. On nous l’a décrite comme étant l’une des plus impressionnante et des plus belle. Il est vrai que nous n’avions pas été mis au courant qu’elles étaient payantes. Je ne me souviens plus de la somme exacte mais j’étais quelque peu surprise. Cela dit, si c’était à refaire, je le referais sans hésiter car jamais je n’avais vu des cascades aussi grandes. Deux enfants se sont présentés comme étant nos guides et nous on emmené en scooter pendant un court trajet puis, le reste du chemin s’est fait à pieds tous ensembles.

 Après 3 quart d’heures de marche, nous voilà arrivé. J’ai été surtout impressionnée par l’avalanche de ces 3 énormes cascades puissantes qui se déversaient là où nous nous trouvions,éparpillant ainsi dans tous les alentours des millions de gouttelettes dans l’air. L’endroit est humide, frais et impressionnant. L’eau est fraîche, j’ai eu de la peine à m’y baigner entièrement surtout que le fort déversement de l’eau en contrebas créer un vent qui, de ce fait, descend la température de quelques degrés mais ce n’est pas pour autant insupportable. Ces trésors du monde vous rappellent combien la nature peut être surprenante par moment.

 

Cascades de Sekumpul / photo by Martin Ureta

 

A Sekumpul, les rizières font également parties du paysage. Vous avez certainement déjà vu des photos de balançoires surplombants une vue imprenable ; il s’agit des incontournables de Bali. Pour une expérience unique, totalement dépaysante et des photos dignes de sites de voyages, ce lieu est de loin l’une des plus belles choses que j’ai vu à bali. Les enfants qui vous accompagnent durant cette petite aventure sont gentils, vous donnent la main pour vous aider à ne pas glisser sur les pierres mouillées, vous porte volontier vos affaires et n’hésitent pas à vous prêter même leurs tongs pour ne pas vous blesser dans l’eau. Situé dans une jungle au nord de l’île, ces cascades sont encore peu connues et sauront vous en mettre plein les yeux.

 

Photo by Martin Ureta

 

Les journées passent très vite et le soleil à bali se couche à 18h, nous avons donc quitté nos cascades en début de journée pour ensuite nous arrêter près d’un autre décor très connu ; les entrées des temples. Avant tout, je trouvais intéressant de vous fournir de plus amples informations concernant les croyances de cette île car je les ai trouvé assez fascinantes tant elles sont différentes des nôtres. Il en va presque du fantastique. Les Balinais sont très superstitieux et pratiquants. Je me suis tout de suite demandée ce que voulait signifier ces feuilles d’arbres déposées devant les maisons avec toujours à l’intérieur, du riz, des fleurs et parfois même des cigarettes. Il s’agit en réalité d’offrandes pour les démons afin que ceux-ci ne leur cause pas de tort aux hommes et soient de ce fait, distrait pas celles-ci. On les déposera également dans les endroits à risques comme des escaliers par exemple. Lorsqu’un homme meurt d’un accident, un prêtre vient systématiquement purifier les lieux pour tenir les monstres éloignés de la victime.

Photo by Martin Ureta

 

 Ces histoires de démons peuvent effrayer et pourtant ils ont leurs importances. En effet, qu’ils soient bons ou mauvais, il s’agit là d’un équilibre essentiel à la vie. Le bien et le mal. Selon les croyances hindouistes, Bali appartenait aux Dieux et aurait été par la suite confiée aux êtres humains avec comme conditions d’y maintenir cet équilibre de paix. On croit également beaucoup au Karma qui est l’ensemble des bonnes et mauvaises actions d’un homme. Cela déterminera la suite de son passage dans l’au-delà pour accéder au paradis. Toutes ces petites choses attisent la curiosité des voyageurs comme ce fût mon cas lorsque j’apercevais sur mon chemin des arbres et des statues habillés de draps. Ces couvertures souvent à carreaux, sont appelés « Poleng ». Les Balinais croient que de nombreux objets ont une âme ou qu’ils sont habités par un esprit, on l’entour donc de ce fait d’un Poleng. Ceux-ci se distinguent alors du reste et sont considéré comme sacrés, de nombreuses offrandes leur sont, par la suite, offertes.

 Mais revenons à nos temples, Qu’ils soient au milieu d’un village, sur un lac ou perdus au milieu de nulle part, vous constaterez qu’ils se trouvent vraiment partout à Bali. Ils sont tous orientés vers le mont Agung, la montagne sacrée. Pour en visiter certain, il est nécessaire d’être entouré par la taille d’un tissus. Leurs architectures sont magnifiques et ne rappellent en rien ce que l’on a l’habitude de voir par chez nous. Nous avions eu la chance de pouvoir prendre une longue série de photos devant des portes gigantesques qui rappellent justement l’entrée des temples. Il nous a été difficiles de trier nos tirages tant cela embellissait nos captures du moment.

Photo by Martin Ureta

 

 

La magie de Bali opère les coeurs systématiquement même si cette île se trouve sur une zone qui pourrait être à risque par période. Entre les éruptions volcaniques et les secousses sismiques, cette île semble être gardée par la nature qui, la-bas, refuse de se soumettre à quiconque. Plusieurs fois, lors de tremblement de terre, nous nous sommes rendu compte combien nous ne sommes pas grand chose face aux choix de cette terre. Comme pour nous rappeler que nous ne sommes que des invités. je finirais cette article comme il a commencé, en confirmant que Bali est comme un style que l’on adopte facilement rien que pour sa beauté et son authenticité. La magnifique vidéo qui suit pourra vous transporter dans son décor.

 

Sea you soon,

 Christelle

 

Nusa Penida

Un paradis caché

 Son nom ne vous dit peut-être rien pour l’instant et pourtant, cette petite île deviendra dans quelques années, à mon avis l’une des plus prisée de Bali sans aucun doute et pour cause; Elle commence doucement à être en vogue sur les réseaux sociaux grâce à de magnifiques clichés réalisés à des endroits surprenants que nous avons eu la chance de visiter avant que la foule touristique ne s’en empare.

 En effet, sous le succès flagrant de Bali, l’île des dieux, se cache Nusa Penida, l’île des démons. Ce surnom, bien qu’il puisse effrayer, ne lui ressemble pourtant en aucun point car il se trouve que sur ses terres, encore non exploitées par l’affluence des voyageurs, on peut y observer des plaines verdoyantes habitées de milliers de palmiers ainsi que des plages comme jamais je n’avais pu en voir auparavant. Sable fin, eau clair mais entourés de rochers gigantesques, bruts, façonnés par l’érosion. Le bruit du roulement des vagues résonne sur ses paroies. Pour toucher à cette nature sauvage et encore presque secrète, il faut le mérité, voilà pourquoi il est obligatoire de braver bon nombres de périples comme des escaliers qui parfois n’en sont même plus. Entre paradis, prise de risque et nature indomptable, Nusa Penida est sans aucun doute le bol d’air que nous n’avons plus l’habitude de respirer. Ses routes très souvent creusées de toute part et montagneuses rendent la circulation difficile comme si encore ici, la nature avait gardé son pouvoir que nous avons trop souvent enlevé à tout ce qui est beau.

 L’île de la magie noire, là où jadis, on racontait que les démons, les revenants et les mauvais esprits y habitaient dont l’un des plus redouté ; Jero Gede Mecaling, n’a rien de ses effrayantes histoires. Je garde en souvenir des paysages comme rarement vu ailleurs. Propre à elle, fidèle à sa beauté, Nusa Penida révèle doucement de célèbres endroits comme cela est le cas pour Kelingking Beach.

 

 

 

 

Mais… c’est la forme d’un dinosaure ! Oui, effectivement, mais plus encore ! On l’appelle The secret point. Impressionnant, étourdissant et pas si inoffensif, ce spot a en effet, les caractéristique d’une bête immense où quelques singes s’y tiennent sur le côté.  De par l’eau translucide, mélangée de vert turquoise et de bleu profond, la plage qui s’étend en bas de cette grande falaise attire. C’est pour cela que bons nombres de personnes ne peuvent résister à l’envie de s’en approcher oui mais, encore une fois, ici, l’homme semble encore n’être qu’un invité. Le chemin pour y accéder est désastreux mais rien ne le prédit. Pas même un panneau, ce fût donc une découverte en plein milieux de la descente ; la surprise qui fait de la visite une réel grande aventure ! La beauté à un prix et c’est à la sueur de notre front et avec quelques appréhentions que nous avons dévalé Kelingking pour arriver enfin à son sable et son décor plus tropical. Alors oui, le jeu en vaut la chandelle mais prenez garde car même en bas, les vagues forment des rouleaux et se déversent fortement contre la plage. J’observais la scène comme une enfant à qui l’on avait dit : c’est beau mais tu regardes qu’avec les yeux.

 

Ces rochers frappés par la mer propre à Nusa Penida, sont à voir absolument lors de son passage sur ses terres comme l’est également Broken Beach qui forme un pont ou passe l’eau en contrebas. Sur ce même site, un lagon prisonnier des blocs de rocs se voit doucement alimenté par des vagues qui s’y déversent afin de prendre la  forme d’une sorte de piscine naturelle. Presque difficile à imaginer que rien n’est superficiel tant cela semble bien dimensionné. Entre vent, mer, roche et soleil, ces sites sont ceux qui sauront vous dépayser. Pas toujours facile à trouver, nous avions opté pour un guide d’une journée afin de ne rien louper.

 

 

Contrairement à ces deux lieux, la baignade peut être plus tranquille à Athu Beach ou encore mieux, à Crystal Bay, où le coucher du soleil rend la place encore plus belle. Nous avions finit notre aventure sur sa plage, afin de profiter de la vue exceptionnelle qu’offre Crystal Bay lorsque les derniers rayons solaires viennent percer le petit îlot qui s’y trouve juste en face. Si vous êtes amoureux de fond de mer, alors il s’agira de votre coup de coeur, car nous avons eu la chance de pouvoir apercevoir un couple de tortues ainsi que pleins de poissons lors d’une plongée à cet endroit qui fut organisé lors de notre voyage à Nusa Lembongan mais si votre séjour est consacré uniquement à Nusa Penida, pas de craintes, des centres de plongés s’y trouve également sur cette île. Bien entendu, en snorkeling, il est également possible de les apercevoir.

 

Je dirais que pour vivre une réel grande aventure il se doit de dormir dans un endroit insolite, plus proche que jamais de la nature et toujours avec ce petit côté risqué que l’on ose frôler par moment afin de bouleverser nos habitudes. Cet endroit, nous l’avons trouvé. Abandonné au milieu de rien, se tient deux petites maisons dans les arbres construites par un seul homme au bord d’une immense falaise. Presque gênés et désolés du manque de luxe, ce couple charmant ne s’est pas rendu compte tout de suite de notre émerveillement lors de notre découverte de ce lieu que je n’oublierai jamais. Très bien conçue, ces maisonnettes dotées d’un petit balcon offrent une vue plus que grandiose. C’est en observant au loin que je me suis soudain aperçu de quelque chose.

 

  • Il n’y a pas un truc qui bouge dans l’océan là ?

Tel ne fût pas notre étonnement lorsque, oui,effectivement, nous pouvions voir depuis notre chez nous des raies manta se promener à la surface de l’eau. Une scène hors du commun qui ne semble plus surprendre ses propriétaires qui nous ont alors expliqué que parfois se sont des dauphins qui viennent nager au même endroit. La magie a opéré directement.

 

 

 

 

L’étendue de plage en contrebas s’appelle Suwehan Beach et était complètement déserte. J’avais la réelle impression de m’être perdue. Les photos témoignent de l’entière solitude et de la beauté de cette plage. Pour ne pas s’y retrouver prisonnier, il est toujours plus sage d’attendre la marée basse, soit très tôt le matin ou en fin de journée. Personnellement, ce moment était pour moi l’un des plus fort.

 

Suwehan Beach

Une fois la nuit tombée, un petit chemin illuminé de lumières faites en forme de noix de coco vous montre la route vers votre maison en hauteur. Le couple nous a gentillement cuisiné un repas simple fait de poissons entiers accompagnés de riz. Peut-être le meilleur que nous avions mangé de tout notre voyage. Dans des moments comme celui-ci, chaque instant est à saisir, voilà pourquoi nous nous sommes réveillés dès l’aurore vers six heures du matin afin d’observer le lever du soleil. Jamais un panorama, depuis un balcon en vacances, ne m’avait autant plu. Cette découverte était l’une des meilleures que nous avions pu vivre lors de notre séjour et tout cela à un tout petit prix car la nuit ne nous a coûté que 10 chf par personne. Si vous souhaitez vous aussi vivre cela, sachez qu’il existe deux “Treehouse”, celle que nous avions qui se nomme Treehouse Suwehan et une autre Rumah Pohon qui est beaucoup plus connu. Pour être totalement transparente avec vous, la vue est fabuleuse depuis cette dernière comme vous pouvez le constater sur la photo ci-jointe, mais ce qui m’a déplu est tout simplement leur succès qui de ce fait, amène beaucoup de monde. Tandis que pour Suwehan, l’ambiance est extrêmement calme et plus familière. Quoi qu’il en soit, il s’agira de toute manière d’une expérience formidable si toutefois vous décidez d’y goûter.

 

 

 

 

 

Pour notre second déplacement sur l’île, nous avions opté pour l’hôtel Kabeh Jati Garden. Il s’agit de sortes de bungalows en bois surplombant un village dont nous avons la réelle sensation d’en faire partie. Si vous partez vous promener sur le bord de mer qui s’y trouve juste en face, vous pourrez apercevoir les habitants travailler dans l’eau pour y cultiver des algues, Pour ce qui est du coût, Là aussi les prix sont extrêmement avantageux tout comme la nourriture. Les guides que l’on vous met à disposition ne parle pas très bien l’anglais mais le comprennent et sont très gentils tout comme le personnel de l’hôtel qui a su se montrer très confiant lorsque nous avions vécu le tremblement de terre de Lombok qui a secoué l’indonésie. Il s’agit pour moi de la seule “bête noire” si j’ose dire, de ce voyage qui fût magnifique malgré cette triste catastrophe qui à fait surtout beaucoup de dégâts et de graves conséquences au nord de Lombok. A Nusa Penida, les secousses nous ont beaucoup surpris également mais aucun problème n’était à déplorer. Il faut savoir que l’Indonésie est un archipel de 17’000 îles qui se trouvent sur ce que l’on appelle “ la ceinture de feu du pacifique”, une zone de forte activité sismique. Habituellement, selon les experts, il faut beaucoup de temps pour qu’un deuxième tremblement de terre majeur se produise…du moins, c’est ce que tout le monde espère.

 

En conclusion, partir à la découverte de Nusa Penida  c’est donner un coup de fouet à son quotidien. C’est vivre autre chose. Certaines personnes que nous avions rencontrés venaient y faire une escale pour y trouver le calme qu’il n’y a pas à Bali et l’air pur, loin des odeurs de kérosène.  En effet, très souvent vous croiserez des vaches broutant dans le feuillage ou des poules qui se promènent sur le côté de la route et quelques fois, vous traverserez des petits villages où les habitants semblent loin du stress de la vie citadine. Je conseille donc cette île à tout ceux qui aimeraient découvrir ces paysages comme rarement vu ailleurs et trouver du calme. Nous avions pu constater beaucoup de petits bungalows en construction, ce qui veut bel et bien confirmer le fait que bientôt, cette île deviendra bien plus populaire qu’à présent. Nous avons presque envie de garder tous ces coins pour nous, de les cacher de tous afin qu’ils ne restent qu’une découverte par hasard. Je dévoile donc ce secret en espérant que le monde en prendra soin.

Sea you soon,

Christelle